Affichage des articles dont le libellé est présidentielles. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est présidentielles. Afficher tous les articles

2016/10/08

Le cœur du débat de l’élection présidentielle

Dialogue avec la Nation
La décomposition de notre pays vous indigne, l'impunité de nos dirigeants vous choque, le manque de vision vous inquiète, la remise en question de l’avenir de vos enfants vous trouble ?

Il y a de quoi. La France, avec tout l’Occident, est confrontée à une crise de civilisation.[1]


Identifier la cause visible de cette crise en France


Depuis plus de 40 ans, les dirigeants de notre pays en ont abandonné le gouvernail. Nous avons perdu notre souveraineté monétaire dans un monde livré à la dictature du court terme financier. Nous nous sommes donc soumis à un système criminogène qui enrichit les plus riches, matraque les classes moyennes et anéantit les plus pauvres. [2]

L’Histoire montre que le système des banques centrales et le dévoiement de la finance internationale a grandi aux dépens des peuples, y compris dans leurs propres pays. C’est un parasitisme. [8]
L’Histoire montre aussi que le nœud historique de ce parasitisme se situe à la City de Londres, qui a ensuite développé une souche importante à Wall Street. [9]


Les conditions de la volonté souveraine


Dans ces conditions, on comprend que la première priorité que l’on doit attendre d’une élection n’est pas d’abord l’expression d’une volonté (fusse-t’elle celle du Président) mais bien celle des conditions pour pouvoir exprimer cette volonté.

Ces conditions sont pour nous les suivantes, puisque la volonté authentique ne peut pas naître sans indépendance dans les actes et dans les pensées :
  • La France doit retrouver l’indépendance de sa politique étrangère. Elle doit donc commencer par sortir de l’OTAN. Aucun allié à trahir, juste une lettre à envoyer comme le fit le général de Gaulle pour annoncer que 12 mois plus tard la France est dans les faits complètement détachée du commandement intégré de l’OTAN ;
  • Les dirigeants de la BCE nous ont trahi. La déflation ronge notre société. [6] La France doit retrouver l’indépendance de sa politique monétaire, pour pouvoir mieux accompagner la nouvelle politique économique.
Voilà sur quel esprit et quelles perspectives chaque parti devrait se prononcer explicitement avant les élections. Sans l’établissement de ce socle préalable qui dépasse tous les clivages traditionnels droite-gauche, tout débat sur la construction de la France et de l’Europe, et sur la croissance reste une vaine illusion.
Mettre ces questions au cœur du débat des élections permet aux électeurs d’effectuer un premier tri électoral et d’amener la décision du « pour qui voter » sur les bonnes bases.

Combler le vide politique, anticiper le second tour de la présidentielle


Dans les démocraties occidentales, la liberté des citoyens c’est surtout celle de se faire duper, et celle des partis d’être instrumentalisé par des procédés dont l’origine leur échappe dans les profondeurs de l’histoire. [3]

C'est le moment de se tourner vers les hommes et les femmes qui ont fait le bon diagnostic et, surtout, qui ont croisé le fer contre ce système inique et se sont forgés le caractère qu'exige la tragédie que nous vivons. Car jamais un projet positif ne pourra sortir de l'intérieur de ce système qui nous opprime.

Les candidats à l’élection présidentielle qui ne sont pas prêts à changer de cap, à retrouver notre souveraineté, deviennent les collaborateurs du désastre. Ils ne peuvent et ne veulent pas voir que, par-delà les Etats-Unis et l’Europe, le monde se détache de l’idéologie du profit immédiat, de la géopolitique impériale et du pillage des ressources.[2]

Voyez comme la profession de foi de Jacques Cheminade pour l’élection présidentielle de 1995 reste encore aujourd’hui d’une pertinence absolument intacte :

Cette élection présidentielle se déroule à un moment tragique de notre histoire, face à un cataclysme financier mondial. Ce devrait être l’occasion de redéfinir le rôle de la France, faisant d’elle une base de grands projets pour rebâtir le monde.
Je suis candidat faute de voir ailleurs cette volonté.
Les autres mentent ou se mentent à eux-mêmes. Je pars au contraire de cette réalité fondamentale : un cancer spéculatif prolifère dans le monde et y détruit le corps de l’économie. Nous sommes au cœur d’une dépression.
La question à se poser – celle que les autres ne posent pas – est la suivante : pouvons-nous mettre en place un système économique viable qui empêchera que se brise la trame sociale, que se désintègre notre système de gouvernement représentatif et qu’un monde en contraction aille à la guerre ?
Ma réponse est oui. À condition que nous fassions trois choses : identifier l’ennemi, nous battre pour une nouvelle donne et faire se lever une résistance. [...]
Au débat sur la « gestion » doit se substituer à nouveau dans notre pays un débat d’idées, un vrai débat sur les fins de la politique. Pour cela, il faut que nous soyons honnêtes avec nous-mêmes et arrêtions de tolérer l’inadmissible, à la fois dans notre politique étrangère et notre politique intérieure. [10]

Et pour ceux qui préfèrent l'abstention, ils choisissent donc de sortir du système politique actuel. Ils devraient aller au bout de leur logique et acheter avec leurs euros des pièces d'or, ou adhérer à un système de monnaie locale (SEL). [3]

Se battre pour une nouvelle donne : les 2 piliers pour vaincre l’occupation financière


1) la réforme du système monétaire international 

Jacques Cheminade prône depuis la fin des années 70 une réforme du système monétaire et financier international. Nous avons nous-mêmes anticipé depuis 2011 cette réforme poussée par les BRICS. [14] Elle a enfin commencé avec la mise en place de l'AIIB, de la NDB, du CRA puis en décembre 2015 avec l'entrée en vigueur de la réforme des quotes-parts au FMI et l’introduction finalisée du Yuan dans le panier du DTS. Ce ne sont que les premiers pas.

Pour ceux qui voit le plus long terme, il est important de comprendre que vouloir sortir de la crise écologique globale [7] va de pair avec une obligatoire refonte du système monétaire international puisque c’est lui la clé de voûte des échanges entre blocs économiques. [4]

Comme mesure d'urgence Jacques Cheminade prône depuis 2000 un Glass-Steagall Act global. [17] Cette séparation des activités de banques consisterait en France à un retour à la loi du 2 décembre 1945 relative à la nationalisation de la Banque de France et des grandes banques et à l’organisation du crédit. Cette proposition est depuis 2008 reprise par plusieurs experts et politiques.


2) les nouvelles Routes de la Soie

Depuis 1997, les cercles de réflexion autour de Jacques Cheminade ont réussi à pousser au premier plan international l’ambition d’intégration du continent eurasiatique qui remonte à la fin du XVIIème siècle. [15] Aujourd’hui le développement concret de ces routes représentent déjà en Asie un réel projet de civilisation. Leurs extensions vers le Sud-est Asiatique, le Moyen-Orient et l’Europe de l’Ouest terrifient Washington. L’Afrique et les Amériques sont également interconnectés dans ce gigantesque projet mondial de développement gagnant-gagnant.


Éveiller le potentiel de chacun


Jacques Cheminade, avec le parti Solidarité et Progrès, a été le premier en France à porter cette stratégie duale contre l’occupation financière sur la ligne de front politique. Par dessus tout, en posant les questions fondamentales il a été et il reste une source d'inspiration. Voici ce qu’il écrivait pour les campagnes présidentielles de 2007 et 2012 :

Je porte mon projet pour qu’il suscite des ardeurs nouvelles et non en présumant qu’il puisse être infligé et suivi à la lettre. [13] Dans une élection autrement livrée aux mauvaises habitudes de ces quarante dernières années, je m’efforcerai de devenir éclaireur, inspirateur et catalyseur, convaincu qu’il se trouve dans notre pays un potentiel d’exception que ma tâche est d’éveiller. [12]

La France doit retrouver sa dimension mondiale pour jouer un rôle de catalyseur dans ce projet. Autrement, nous ne resterons que le pion d’une Union de faux-monnayeurs, vouée à sa propre destruction. [...]
Les conditions d’un conflit mondial sont en train d’être réunies à partir du Proche et Moyen-Orient dans un monde incapable de se donner les moyens d’un futur. Nous sommes à la croisée des chemins. Voici venus les temps des hommes et des femmes de caractère et de fraternité. C’est notre nature humaine de pouvoir le devenir tous dans la tempête, pourvu que nous regardions la réalité en face. [11]


C’est pourquoi je soutiens la campagne de Jacques Cheminade à l’élection présidentielle de 2017


Comme je l’écrivais l’année dernière : [16]

C'est dans cette libération des nouvelles forces politiques en Europe, enfin affranchis de la tutelle américaine, que sont présents plusieurs scénarios de recomposition dans les années à venir.
  • soit les peuples européens gagnent une indépendance exacerbée et restent divisés : ils se condamnent alors à n'être que de simples satellites lointains des géants asiatiques, sans influence extérieure ; 
  • soit la force issue de leur nouvelle indépendance alliée à une compréhension du sens de l'Histoire les conduit à adhérer à l'Union Eurasiatique, garante de la stabilité sur le continent ; 
  • soit cette indépendance acquise ne sera qu'une mascarade de plus, dans laquelle le maître derrière le rideau sera encore la City -mais cette fois sans l'alliance avec Wall Street- et où la plupart des dirigeants partageront la même chemise brune, pour afficher des velléités de plus en plus agressives vis à vis de l'Union Eurasiatique, rebouclant en pure perte sur la tragédie du XXème siècle.
_____________________

[1] j’ai rédigé une série d’articles sur ce sujet à partir de 2013. Je vous recommande de commencer par celui-ci : http://conscience-sociale.blogspot.fr/2014/02/la-conjecture-de-valery-de-paul-paul.html

[2] éditorial de Jacques Cheminade du 14/09/2016








[10] Profession de foi de Jacques Cheminade pour l’élection présidentielle de 1995. Texte intégral republié dans réf.11, Pp. 355.

[11] Jacques Cheminade, Un monde sans la City ni Wall Street. Un grand chantier pour demain, Ed. l’Harmattan, mars 2012, Pp. 10.


[13] Les optimisations que je voie dans le programme de Jacques Cheminade sont les suivantes. Le développement d'une filière nucléaire au thorium doit être mis en balance avec celui autres filières énergétiques innovantes. [réfs. 4, 5] Le retour au système de crédit des années 60 et à l'ECU ne réprésente qu'une étape vers un système monétaire complet et stable tel que proposé par la New Austrian School of Economics :





2012/04/29

S'immerger dans la campagne présidentielle 2012

 J'ai reçu depuis 15 jours deux demandes en privé qui m'interrogeaient sur le peu d'activité de ce blog face à l'actualité de la campagne, et l'importance de ce moment. La deuxième occurence justifie une réponse publique.
La raison est très simple : l'accélération du temps politique imposait d'utiliser un autre outil de communication. Nous avons voulu bien évidemment inscrire le plus possible nos messages dans cette élection qui est la clé pour la France et l'Europe mais aussi le Monde pour les 10 ans à venir. Nous avons donc choisi de communiquer beaucoup plus fréquemment par l'intermédiaire du micro-blogging Twitter, qui permet d'être pleinement réactif sur les phrases et messages clés, et pointer les articles les plus importants, pour souligner ce qui porte du sens dans l'écume des communiqués. Pendant cette course électorale, Twitter permet aussi de prendre le poul de notre intérêt collectif. 
Certains points nécessitaient d'être expliqués plus longuement, et c'est pourquoi j'ai rédigé quelques billets sur ce blog en complément. Cela ne signifie en rien que nous abandonnons ce blog pour passer exclusivement sur Twitter, vous l'avez compris. Nous utilisons tous les réseaux sociaux en profonde synergie avec ce blog.
Voilà pour la doctrine d'usage.
Je pensais que tous les lecteurs de ce blog suivaient déjà régulièrement Conscience Sociale sur Twitter et Facebook, et mais visiblement un rappel n'était pas inutile. 

2012/04/03

Le devoir du citoyen

 Ce devoir, c'est celui de s'informer, et d'informer. Plus exactement, dans nos sociétés au consentement fabriqué, c'est celui de bien s'informer, et de bien informer. Le citoyen ne doit pas rester un simple réceptacle, ou une courroie mécanique de transmission, il doit exacerber son rôle de relai actif de l'information. Chaque parole politique est aussi un acte de journalisme. 

En voici une illustration ce matin : Le Monde publie un article de Jean-Marc Ferry : "Les candidats face au défi européen".
Sachant l'importance absolument cruciale de ce thème pour la sortie de la crise systémique mondiale, il a attiré toute mon attention. 
Je dois dire que j'ai été immédiatement déçu par la couverture imparfaite du programme européen de François Hollande. Comme il n'est pas possible de commenter sur le site du Monde sans être abonné, j'ai donc immédiatement contacté l'auteur en personne. Le relai actif que j'ai mentionné.
Il m'a répondu aussitôt, et c'est avec son autorisation que je publie ici mon commentaire et sa réponse. Je l'en remercie sincèrement pour cette démonstration de transparence du débat entre citoyens, dans cette campagne aux enjeux historiques.

Monsieur Ferry,

vous écrivez dans votre article du 02/04 : "Sur le fond, il n'y a pas de vision institutionnelle novatrice concernant l'UE. [dans le programme de F. Hollande]"

Je tiens pourtant à porter à votre connaissance le discours suivant de F. Hollande sur l'Europe :

"L’Europe doit être aussi mieux gouvernée. C’est le rôle du Conseil européen, des chefs d’Etat et de gouvernement. C’est le rôle, aussi, des institutions communautaires – que je respecte. L’Europe a avancé quand elle a été capable d’avoir des chefs d’Etat et de gouvernement qui avaient une vision, mais aussi des institutions communautaires qui prenaient l’initiative, qui anticipaient, qui traduisaient, qui engageaient. Et un Parlement européen qui faisait entendre sa voix. Et c’est pourquoi nous devons aller vers une responsabilité encore plus grande de la Commission européenne devant le Parlement européen, et du président de la Commission européenne devant le Parlement européen."

Pensez-vous vraiment qu'il ne s'agit pas là d'une vision institutionnelle très novatrice concernant l'UE ? Et sans équivalent dans les discours des autres candidats ? Et à même de permettre enfin le contrôle de l'Europe par les citoyens au travers de représentants directement élus ?

Je suis disposé à en débattre avec vous, afin que vous puissiez publier un correctif de votre article, au moins pour rétablir cette vérité sur le programme de F. Hollande.

Cordiales salutations,

--Bruno Paul 
Transparence.me - Conscience Sociale - Democratie Agile - Twitter - Facebook - LinkedIn - Viadeo - G+
Et sa réponse :
Cher Bruno Paul,

Je vous remercie pour cette mise au point. Je me suis en effet indexé sur le programme (en ligne) du Parti Socialiste, et je reconnais ne pas avoir intégré ce discours de François Hollande, dont je partage le schéma en ce qui concerne le retour à la méthode communautaire, moyennant une légitimité renforcée du Président de la Commission (voire de l'Union en général), ce qui implique sans doute une réforme profonde de son mode
d'investiture.

Le Monde tenait à ce que j'évoque les programmes. J'ai donc dû en insérer dans mon article un (trop) rapide aperçu. Cependant mon souci principal était plutôt de faire passer l'idée relative à la sortie de crise.

Bien cordialement, JMF

Prof. Jean-Marc Ferry
http://users.skynet.be/sky95042

Chaire de Philosophie de l'Europe
Université de Nantes
jean-marc.ferry@univ-nantes.fr

Université libre de Bruxelles
jferry@ulb.ac.be

Dont acte.

2012/03/26

La synthèse lucide de l'élection présidentielle

Franck Biancheri nous propose sur twitter une perspective particulièrement lucide et synthétique sur l'élection présidentielle, qui mérite d'être largement diffusée : 
"La séquence géopolitique mondiale qui s'ouvre suite à la crise place la France en position clé du fait du rôle de la France dans l'Europe et de l'Europe dans le monde (comme un ressort dans un système de poupées russes). Du fait de la crise, avec l'émergence de l'Euroland, on arrive à un tournant historique.

La politique étrangère et européenne du futur président est donc déterminante au-delà de tout autre enjeu, car c'est à partir de ce front que tout le reste peut se gagner ou se perdre : économie, social, environnement, emploi, sécurité, régulations. La France n'est jamais forte quand elle prétend écraser les faibles. C'est une France réfléchie et impliquée dans la construction de son avenir ses partenaires et voisins, à l'opposé d'une France qui recopie docilement la politique agressive des US. C'est pourquoi cette élection présidentielle est un moment crucial pour que chaque citoyen puisse influer sur notre futur commun. Alors que N. Sarkozy incarne la continuité de sa politique servile (voir la récente parution de "l'Etat blessé"), voyons ce que propose F. Hollande :
  • "L'affirmation de vouloir explorer plus avant les relations avec les autres puissance : BRICS, Amérique Latine 
  • La sortie en douceur du piège "occidentaliste" (USA / UK / IL) dans lequel Sarkozy a enfermé la France 
  • Sa volonté de renégocier ou plutôt d'ajouter un volet croissance au traité Euroland+
  • La priorité affirmée depuis des mois en matière de jeunesse, à la fois en France et dans la dimension européenne 

    F. Hollande apporte donc un réel engagement européen, et une vraie connaissance du projet européen qui remonte loin."
Au contraire, N. Sarkozy ne représente qu'une impasse insurmontable, car selon l'adage issu d'un texte de Einstein : "Aucun problème ne pourra être résolu avec la façon de penser qui l'a généré." 

Les 22 avril et 6 mai 2012, allez voter.

Et en plus, soyez des citoyens conscients et responsables des enjeux cruciaux de notre décennie (lire à ce sujet "Crise mondiale: en route pour le monde d'après - La France, l'Europe et le Monde dans la décennie 2010-2020"), et des solutions incarnées par F. Hollande pour que notre pays tienne enfin son rôle.