2016/07/24

Faut-il craindre une guerre avec la Russie à l'horizon 2030?

(source de l'image)
L’Express a publié cette semaine un article de Fredrik Wesslau et Andrew Wilson du CFR Européen intitulé ‘Faut-il craindre une guerre avec la Russie à l'horizon 2030?’ que j’estime typique de la doublepensée. [1] 

La doublepensée est en bref caractérisée par une inversion de la logique. La victime est ciblée comme étant l’agresseur, etc. Il est aisé de replacer les choses dans l’ordre correct quand vous connaissez cette recette. C’est ce que j’ai décidé de faire avec l’article de Wesslau et Wilson, à l’identique du procédé que j’avais déjà employé, en veillant pour cette démonstration à rester aussi proche que possible des phrases d’origine, et en ajoutant ou  modifiant certains liens URL.

___________________ 

L'objectif des Etats-Unis est de conserver son statut de grande puissance. Pour ce faire, ils ne cessent d'user de stratégies économiques, militaires et diplomatiques qui font craindre le pire à ses vassaux et à l'Union européenne. L'analyse de Bruno Paul fondateur de l’initiative Conscience-sociale.org consacrée notamment aux sciences politiques.

D'après l'agence spatiale russe, la Russie colonisera la lune en 2030, les cosmonautes y construiront une base dotée d'une centrale solaire et d'un laboratoire scientifique au-dessus desquels orbitera un satellite. La NASA estime quant à elle à 70% de chances de succès la construction leur nouveau lanceur spatial d’ici 2023, après les abandons des programmes précédents qui menacent singulièrement leur souveraineté dans l’espace. Donald Trump sera peut-être parti depuis longtemps -ou peut-être sera-t-il toujours président. Les Etats-Unis compteront 10% d’habitants en plus qu'aujourd'hui -sauf si Trump bouleverse la politique migratoire- et la croissance restera impossible à prédire. Reste la question de la position du pays sur la scène internationale... 
Dans un article publié par le Magazine d’Anticipation Politique en mars 2013, nous avions expliqué pourquoi les Etats-Unis connaitraient une contre-révolution en 2016. L’actualité nous a hélas donné pleinement raison. Dans le présent article nous examinons comment les Etats-Unis et ses vassaux de l'Est de l'Union européenne pourraient se développer d'ici 2030. 

Pour se légitimer, la Maison Blanche a recourt au conflit

Depuis que G.W. Bush est devenu président en 2000, le contrat social des présidents avec les Américains repose sur la protection contre la menace terroriste au détriment des améliorations régulières de la qualité de vie et des libertés individuelles. Les inégalités de richesse ont explosé aux Etats-Unis, la classe moyenne d'érode rapidement, alors que de 1999 à 2013 le salaire moyen en Russie est passé de 60 à 940 dollars. Mais ce bilan social américain pourrait encore plus se déliter.  
Après l’absence de rebond les deux prochaines années, l'économie européenne stagnera. Les sanctions occidentales, si elles perdurent, influenceront cette impasse économique mais de plus gros problèmes impacteront l'économie américaine, notamment le déclin migratoire, la corruption, la faiblesse de l'État de droit et la mauvaise gestion. D'ici 2030, les Etats-Unis auront perdu plusieurs places et ne devrait plus être dans les 2 premières économies du monde. 
LIRE AUSSI >> Confidence in US institutions | Gallup
Pour renforcer sa légitimité, la Maison Blanche se repose sur le nationalisme, l'aventurisme dans ses affaires étrangères et la désignation d'ennemis extérieurs. Il y aura davantage de "petites guerres avec de courtes victoires" -dans les pays dans la sphère d’influence, dans certains pays du Moyen-Orient - comme on l'a vu en Ukraine et au Brésil. Leur but est de susciter de la légitimité, de détourner l'attention de l'économie et de renforcer le discours selon lequel les Etats-Unis sont toujours une grande puissance. 

Une recherche de l'escalade si ce n'est de la guerre

De ses aventures militaires récentes (Syrie, Afghanistan, Libye, Iraq), Washington n’a pas appris que la force militaire n’est un instrument de politique étrangère efficace pour atteindre des objectifs diplomatiques et politiques qu’à court terme. La modernisation des forces armées se heurte aux restrictions des ressources, mais confère encore à la Maison Blanche un instrument puissant. 
LIRE AUSSI >> NATO Must Stop Crowding Russia | The National Interest
Les forces armées de l’OTAN continueront de cibler principalement l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et les pays limitrophes. Les régions les plus exposées sont les États baltes, les Balkans occidentaux, l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud et l'Asie centrale. L'OTAN ne cherchera pas de manière proactive à entrer en guerre avec l'OCS, mais voit un intérêt à s'engager avec empressement dans une escalade majeure, jusqu'à manifester sa volonté -réelle ou feinte- d'utiliser des armes nucléaires

Ses vassaux de l'Est et de l'Europe Centrale en première ligne

Les Etats-Unis devraient encore tenter de dominer ses vassaux les plus sous influence, notamment l'Ukraine. Des vassaux obéissants sont indispensables à la sécurité de l’Etat profond américain et à ses ambitions de grande puissance. Son but maximaliste est un cercle d'États vassaux s'alignant sur les positions de Washington. Le but minimaliste est un cercle d'États faibles et dysfonctionnels, gérés par des leaders corrompus, incapables de se réformer ou de rejoindre l'OCS, l’Union Economique Eurasienne ou l'ASEAN, donc de facto inféodés à Washington. 
LIRE AUSSI >> Interview with Paul Ingram, Executive Director of the British American Security Information Council: NATO Military Buildup Aimed at ‘Ensuring Reasons' of Alliance's Existence ainsi que This is Why Poland, Baltics Want Additional NATO Troops on Their Territory | Sputnik
La Géorgie, l'Ukraine et la Moldavie devraient patauger entre semi-démocratie et réformes partielles. Le postcommunisme miné par l’Etat profond transnational est bien plus difficile à réformer que le communisme, dans la mesure où les élites locales et les réseaux de corruption ont acquis les moyens de reproduire leur pouvoir. Des oligarques et des hommes politiques contrôlent les organes de presse et manipulent la politique. Des systèmes judiciaires pervertis protègent l'élite et minent l'État de droit. 
La Biélorussie, l'Azerbaïdjan et l'Arménie éviteront le déclin en dialoguant avec l'UE en tant que membre de l’OCS. La Biélorussie et l'Arménie resteront dans l’alliance OCS, mais l'amenuisement des ressources de l’OTAN provoqueront une recrudescence de tensions et de menaces de la part de Varsovie et même de Kiev soucieux de s'aligner au contraire avec l'OTAN. Les nationalismes biélorusse et arménien, plus nativistes, devraient croître sous l’influence de la guerre réseaucentrique menée par l’Occident. 

L'Europe dispose de très peu d'options politiques

L'influence que l'Europe peut avoir sur le comportement russe et américain a ses limites. Notamment compte tenu du fait que l'assurance des Etats-Unis est de plus en plus animée par le désir de la Maison Blanche de se légitimer face au déclin économique. 
Cela laisse très peu de bonnes options politiques à l'Europe. Les sanctions économiques sont brutales, ont un coût pour l'Europe et alimentent le story telling de la Maison Blanche. Encourager la dissidence vis-à-vis de l’OTAN des pays-refuzniks de l'Est pose un dilemme sécuritaire classique et fait également le jeu de l’Etat profond américain. Mais en dépit de leurs inconvénients, ces mesures d’émancipation sont nécessaires face à l'agressivité de l’Etat profond américain pour protéger les nouveaux principes sous-jacents à l'ordre sécuritaire de l'Europe. 
Le dialogue est vital, mais doit être approprié. Il ne doit pas signifier une acceptation implicite des transgressions des Etats-Unis en Ukraine ou être synonyme de "business as usual". Si la tendance est aux conflits, alors l'ouverture des canaux de communication avec Moscou et avec Washington sera indispensable pour éviter des calculs fatals.

___________________ 

[1] Georges Orwell l’a défini ainsi dans son œuvre célèbre ‘1984’ : 
Connaître et ne pas connaître. En pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement agencés. Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique. Répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle. Croire en même temps que la démocratie est impossible et que le Parti est gardien de la démocratie. Oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore. Surtout, appliquer le même processus au processus lui-même. Là était l’ultime subtilité. Persuader consciemment l’inconscient, puis devenir ensuite inconscient de l’acte d’hypnose que l’on vient de perpétrer. La compréhension même du mot « double pensée » impliquait l’emploi de la double pensée. (chapitre III)
La doublepensée est le pouvoir de garder à l’esprit simultanément deux croyances contradictoires, et de les accepter toutes deux. Un intellectuel du Parti sait dans quel sens ses souvenirs doivent être modifiés. Il sait, par conséquent, qu’il joue avec la réalité, mais, par l’exercice de la doublepensée, il se persuade que la réalité n’est pas violée. Le processus doit être conscient, autrement il ne pourrait être réalisé avec une précision suffisante, mais il doit aussi être inconscient.
Sinon, il apporterait avec lui une impression de falsification et, partant, de culpabilité.
La doublepensée se place au cœur même du socialisme Anglo-saxon, puisque l’acte essentiel du Parti est d’employer la duperie consciente, tout en retenant la fermeté d’intention qui va de pair avec l’honnêteté véritable. Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tous les faits devenus gênants puis, lorsque c’est nécessaire, les tirer de l’oubli pour seulement le laps de temps utile, nier l’existence d’une réalité objective alors qu’on tient compte de la réalité qu’on nie, tout cela est d’une indispensable nécessité.
Pour se servir même du mot doublepensée, il est nécessaire d’user de la dualité de la pensée, car employer le mot, c’est admettre que l’on modifie la réalité. Par un nouvel acte de doublepensée, on efface cette connaissance, et ainsi de suite indéfiniment, avec le mensonge toujours en avance d’un bond sur la vérité.
Enfin, c’est par le moyen de la doublepensée que le Parti a pu […] arrêter le cours de l’Histoire.
Toutes les oligarchies du passé ont perdu le pouvoir, soit parce qu’elles se sont ossifiées, soit parce que leur énergie a diminué. Ou bien elles deviennent stupides et arrogantes, n’arrivent pas à s’adapter aux circonstances nouvelles et sont renversées ; ou elles deviennent libérales et lâches, font des concessions alors qu’elles devraient employer la force, et sont encore renversées. Elles tombent, donc, ou parce qu’elles sont conscientes, ou parce qu’elles sont inconscientes.
L’œuvre du Parti est d’avoir produit un système mental dans lequel les deux états peuvent coexister. La domination du Parti n’aurait pu être rendue permanente sur aucune autre base intellectuelle. Pour diriger et continuer à diriger, il faut être capable de modifier le sens de la réalité. Le secret de la domination est d’allier la foi en sa propre infaillibilité à l’aptitude à recevoir les leçons du passé.
Il est à peine besoin de dire que les plus subtils praticiens de la doublepensée sont ceux qui l’inventèrent et qui savent qu’elle est un vaste système de duperie mentale. Dans notre société, ceux qui ont la connaissance la plus complète de ce qui se passe, sont aussi ceux qui sont les plus éloignés de voir le monde tel qu’il est. En général, plus vaste est l’information, plus profonde est l’illusion. Le plus informé est le moins normal.
Le fait que l’hystérie de guerre croît en intensité au fur et à mesure que l’on monte l’échelle sociale illustre ce qui précède. Ceux dont l’attitude en face de la guerre est la plus proche d’une attitude rationnelle sont les peuples sujets des territoires disputés. Pour ces peuples, la guerre est simplement une continuelle calamité qui, comme une vague de fond, va et vient en les balayant. Il leur est complètement indifférent de savoir de quel côté est le gagnant. Un changement de direction veut simplement dire pour eux le même travail qu’auparavant, pour de nouveaux maîtres qui les traiteront exactement comme les anciens.
Les travailleurs légèrement plus favorisés que nous appelons les prolétaires ne sont que par intermittences conscients de la guerre. On peut, quand c’est nécessaire, exciter en eux une frénésie de crainte et de haine, mais laissés à eux-mêmes, ils sont capables d’oublier pendant de longues périodes que le pays est en guerre.
C’est dans les rangs du Parti, surtout du Parti intérieur, que l’on trouve le véritable enthousiasme guerrier. Ce sont ceux qui la savent impossible qui croient le plus fermement à la conquête du monde. Cet enchaînement spécial des contraires (savoir et ignorance, cynisme et fanatisme) est un des principaux traits qui distinguent la société océanienne. L’idéologie officielle abonde en contradictions, même quand elles n’ont aucune raison pratique d’exister.

[…] Ce n’est en effet qu’en conciliant des contraires que le pouvoir peut être indéfiniment retenu. L’ancien cycle ne pouvait être brisé d’aucune autre façon. Pour que l’égalité humaine soit à jamais écartée, pour que les grands, comme nous les avons appelés, gardent perpétuellement leurs places, la condition mentale dominante doit être la folie dirigée. (chapitre IX)


2016/06/13

Communiqué de Jean-Pierre Petit

Il y a quelques mois le journaliste Jean-Claude Bourret avait repris contact avec moi.

Depuis 1991 tout le monde sait que je suis « interdit de médias ». Je ne communique, depuis un paquet d’années, que dans le cercle restreint de mes fans. L’idée d’un livre à deux a alors émergé et a vite fait son chemin, sous forme d’une longue interview. 
L’objet, 340 pages, est pratiquement prêt. On en est à la relecture et à des aménagements de détail. Jean-Claude a déjà trouvé le (grand) éditeur, enthousiaste, me dit-il. Selon notre planning le livre devrait sortir à l’automne. 

Ce qui s’est fait jour au fil de cette rédaction est que nous faisions fausse route en pensant que la communauté scientifique pourrait réagir, de manière « conventionnelle ». 

On sait qu’arXiv a établi un barrage vis à vis de nos articles. Mais ceux-ci ont pu être installés sur le site concurrent Researchgate
Résultat : depuis des mois et des mois nous battons le record du nombre de consultations, de téléchargements. Mais question écho : zéro. [NDE: quelques citations d'articles]

Aucune réaction non plus après publication de quatre importants papiers dans des revues de haut niveau. [NDE: Modern Physics Letters A, Astrophysics and Space Science]
Evidemment on pourrait penser que pour pousser des idées il faut les présenter dans des séminaires, des congrès. Comptons alors 20 ans, c’est la moyenne. 

On ne peut pas se la jouer comme cela. D’où ce livre, qui d’ailleurs centré sur un projet. 

J’oubliais de préciser : quand j’ai parlé d’un tel livre Bourret m’a aussitôt dit « je ne veux pas prendre d’argent là-dessus ». J’ai dit la même chose. Donc le bénéfice des ventes ira intégralement dans la caisse d’UFO-science

Mais pourquoi faire ? 
Pour monter des manips de MHD dans un garage, aller dans des congrès internationaux ? 
Non, pour avoir une chance de développer un réseau UFO-catch. Cette caméra de surveillance de l’ensemble du ciel, sur 360° est opérationnelle depuis 2008. Jean-Christophe Doré, son inventeur, l’a ensuite simplifiée, pour abaisser son coût de production. En listant ses composants on est en dessous de 200 euros. 

Le système est opérationnel. Nous avons maintenant plusieurs caméras qui donnent lieu à des détections multiples et nous reconstituons alors la trajectoire en 3D de l’objet observé. 

Le système de Doré est très en avance sur les caméras FRIPON puisque les caméras Ufo-catch enregistrent le spectre de la source. Ainsi, dans les détections réalisées (se référant à de simples étoiles filantes) l’analyse du spectre a conclu à une micrométéorite de type ferrique. 

Le but du projet est de susciter l’implantation d’un vaste réseau d’UFO-catch à travers la France, puis à travers le monde (le dispositif ne fait et ne fera l’objet d’aucune prise de brevet). Avec le livre on fournira les « plans » permettant de construire soi-même ces caméras. Mais si l’argent collecté (par les ventes et éventuellement pas des dons) est suffisant on pourra susciter la production de kits. 

Les possesseurs d’Ufo-catch s’auto-organiseront en réseau en dialoguant à travers un forum qui leur sera réservé. Quand deux possesseurs auront observé le même objet, ils pourront échanger leurs données et les traiter grâce à un logiciel freeware qui leur sera fourni. Et cela en France, mais aussi dans tous les pays où la contagion jouera. 

Bien sûr, dans la majorité des cas, ce qu’ils capteront correspondra à la chute d’une étoile filante ou d’un bolide. Auquel cas, nous nous en sommes assurés, ils pourront adresser ces données au réseau FRIPON

Evidemment, le but de notre traque c’est la trajectoire d’ovni, qui ne pourra alors être réduite ni à l’observation de lanternes thaïlandaises, ni au reflet de lasers sur des nuages, etc. On squeezera alors complètement les actions de désinformation de structures comme le Geipan
Au-delà il faut bien comprendre le sens que cette entreprise Ufo-catch
Nous voulons faire sortir enfin le chat du sac.
Se doter de ces stations d’enregistrement équivaudra à dire : 
- Nous ne croyons plus, ni à nos institutions scientifiques, ni à un quelconque organisme institutionnel pour faire émerger la vérité concernant ce phénomène ovni. Nous pensons même, au contraire, que tous ces gens ne souhaitent qu’une chose : maintenir ce sujet sous le boisseau. Nous nous sommes donc dotés des instruments qui permettront que la vérité éclate, et le temps travaillera désormais pour nous. 
Il y aura ceux qui se procureront le matériel pour construire ces caméras de détection, ou le kit permettant de réaliser ce montage. Mais aussi ceux qui donneront corps à ce projet, en achetant des livres (et/ou) en faisant des dons.

Revenons au livre. Nous l’avons conçu pour qu’il se présente (aussi) sous la forme d’un divertissement. Il est truffé d’anecdotes, parfois savoureuses. On y découvrira des choses inédites, comme le fait, prouvé par ses écrits, ce qui en surprendra plus d’un, que j’ai été lié d’amitié avec Alexandre Grothendieck, qui avait même fait acte de parrainage, par écrit pour le … GESTO lors de sa création ! Mais j’avais gardé tout cela secret. 
Pour ceux qui l’ignorent (voir Wikipedia) Grothendieck est dans le domaine des maths ce qu’Einstein est dans le domaine de la physique et de la cosmologie.

Le livre présentera une vaste revue de question, au terme de laquelle le lecteur sera convaincu de l’inertie, de l’incompétence et de la mauvaise foi du Geipan et des scientifiques qui ont gravité autour de tout cela. 

Quand l’intérêt pour le sujet ovni s’était trouvé démultiplié par nos premiers travaux de MHD on avait aussitôt, en 1977, créé le Gepan. A cette occasion Gilbert Payan m’avait dit : 
- Plus vous serez discret, plus on pourra vous aider. 
On a vu ce que cela a donné. Par ailleurs vous connaissez l’adage : 
- Si vous voulez enterrer une question, créez une commission chargée de l’étudier 
Maintenant ça n’est plus, ni au Geipan, ni à la communauté scientifique de gérer cette question. 
Nous allons faire en sorte que les citoyens de tous les pays s’en chargent eux-mêmes.

Le livre est aussi axé sur la faisabilité des voyages interstellaires, avec présentation d’un début de solution. 
Enfin, cerise sur le gâteau (sur laquelle nos ufologues pourront s’acharner) : la preuve, scientifiquement irréfutable, que l’affaire Ummo traduit bel et bien un contact avec « des gens venus d’ailleurs ». 
Un bon « menu », donc. Vous allez vous régaler.

Bourret et moi sommes sur les starting blocks. On a tous les deux hâte d’en découdre. 
Nous nous sommes bien mis d’accord : rien ne nous arrêtera. En 1991 j’avais reçu des menaces très précises. Je n’ai pas eu à y souscrire. Ayant perdu mon fils peu de temps avant, et seul contre toute la meute (à commencer par celle des ufologues, voir l’émission de Bercoff, sur la Cinq) mes nerfs ont fini par lâcher. Ce n’est pas la peur qui m’a fait décrocher, c’est l’épuisement. 
Là, c’est différent. Si des menaces sont proférées, nous en feront immédiatement état, et elles ne nous impressionneront pas, d’où qu’elles viennent et quelle que soit leur forme.

L’enjeu est trop important. 
Voilà …..


2016/04/04

La Guerre Réseaucentrique révèle l’ère du totalitarisme ultime et planétaire

[Cet article a d'abord été publié par le Centre de Recherche sur la Mondialisation le 3/04/2016]
Cet article est une introduction au paradigme de la « guerre réseaucentrique » (Net-centric warfare), dont les concepts ont été formalisés et élargis depuis les années 1990 par le ministère de la défense américain, en s’inspirant d’autres sources. A la différence de ce qu’indique le contenu actuel de sa page Wikipedia, ce terme est bien loin de seulement refléter « l’utilisation d’Internet sur les champs de bataille ». Le DoD a utilisé à son propos le terme de « Révolution en matière d’affaires militaires ».[1a] 
Les travaux entamés à la fin du XXème siècle ont connus leur mise en pratique très concrète à partir de 2003. En effet, il s’agit d’une théorisation qui englobe les opérations comme les Révolutions de couleur, ainsi que tous les moyens d’influence dont l’objectif explicite est la conquête géopolitique et la domination séculaire. En cela, l’utilisation des opérations définies par cette théorie s’oppose à l’intuition de « volonté prévalente des peuples », proposée par le Pr. P.D. Scott.[1b] Il est alors symptomatique de noter le rapprochement de la guerre réseaucentrique avec la lutte qu’entretiennent les entités politiques de l’État profond vis-à-vis de l’État visible.[2a] Selon nous, la théorie de la guerre réseaucentrique trouve un champ d’application dans la description de la structure et des opérations de l’État profond, en plus de celles du Pentagone. C’est pourquoi la compréhension de la guerre réseaucentrique est d’une immense importance pour l’organisation défensive de la société civile et d’un État visible qui souhaite rester souverain. En effet, nous devons comprendre que si certaines de ces opérations profondes ont été conduites depuis des siècles contre l’État visible, la formalisation de ces concepts et leur intégration méthodique depuis la fin des années 90 n’a pour objectif explicite que de passer à une toute autre échelle et de systématiser ces approches.[2b] Ainsi, c’est la paix qui disparaît complètement, puisque le modus operandi de la guerre réseaucentrique est de ne plus différencier la conduite de la guerre et celle de la paix, les forces amies, alliées, ou neutres des ennemis. La guerre, c’est la paix, désormais plus personne ne peut l’ignorer à l'ère de la démocratie téléguidée et de l'hypercontrôle des sociétés humaines.
Nous avons choisi comme approche pour cette introduction à la guerre réseaucentrique de traduire un article original du Pr. Dr. Vladimir Prav publié en anglais par SouthFront.org le 25/02/2016, ainsi que par le Centre de Recherche sur la Mondialisation le lendemain.[3] Nous l’avons commenté au moyen de l’ajout de toutes les notes de bas de page, prolongé par les URL, ainsi que par l’addition d'une compilation bibliographique des ouvrages de recherche militaire sur la guerre réseaucentrique et ses prolongements.[5a, 5b]
Dr. Bruno Paul


”Révolutions de couleur” et ”Guerres réseaucentriques” : luttes géopolitiques et fonctionnement des « réseaux »

Les concepts contemporains de la lutte géopolitique comprennent invariablement des mentions concernant la création et le fonctionnement de « réseaux ». La notion de « réseau » ou d’un « principe du réseau » réside dans l’échange d’informations, dans l’expansion maximale possible de la production de l’information, de son accès, de sa distribution et de l’information en retour. Le « réseau » est l’élément principal de l’espace d’information, dans lequel les opérations d’information sont menées dans le but de réaliser des objectifs politiques, économiques, informationnels, techniques, et militaires. Le « réseau » en tant que système, dans la compréhension globale du terme, comprend plusieurs éléments qui auparavant étaient habituellement considérés comme des phénomènes strictement séparés.
Le principe fondamental de la conduite de la lutte géopolitique moderne est celui d’une conception fondée sur le réseau ou « réseaucentrisme ». Ce principe repose sur trois postulats.
1. Le monde moderne est défini non seulement par des couloirs de transport avec des flux associés de biens et services, mais aussi par des réseaux d’information et de communications, qui forment le squelette de l’espace d’information mondial.
2. Le processus historique mondial est un processus mondial unifié de conflit, d’entraide mutuelle, ou de coexistence neutre des sociétés humaines organisées suivant des principes hiérarchiques (verticalité) et aussi en réseau (horizontalité), dans lequel le principe en réseau (horizontal) pouvant devenir dominant dans l’avenir. Les structures verticales et de réseaux horizontaux, avec diverses origines, but, force numérique, frontières géographiques et temporelles, et statut juridique, sont à la fois les objets et les sujets du processus historique mondial dont l’interaction facilite l’émergence de structures et connexions nouvelles.
3. Le développement dynamique des réseaux artificiels (électroniques) qui entrelacent et interagissent avec les réseaux psycho-sociaux et qui constituent un phénomène social qualitativement nouveau, sont une caractéristique unique du squelette du réseau d’information de la future société mondiale. Ce phénomène est identifié au sein du concept de guerre de l’information réseaucentrique comme étant le SPIN -Réseau segmenté, polycentrique, idéologiquement intégré.[4] Il faut noter que Microsoft a proposé une définition plus précise de ce phénomène, à savoir le « système nerveux numérique ».
Le principal acteur mondial utilisant systématiquement le principe du réseaucentrisme dans la lutte géopolitique est les États-Unis. Ses agents exécutifs sont les organismes d’État, les grandes entreprises et les structures internationales en réseau qui sont tous mutuellement entrelacés.
Les structures internationales en réseau, qui sont généralement appelés « les acteurs en coulisses », et qui sont les initiateurs fondamentaux du processus de la mondialisation, sont essentiellement un réseau d’ONG très influentes qui forment la « super-communauté » idéologique des mondialistes Euro-Atlantiques (ou occidentaux) et qui sont fermées aux nouveaux entrants. Une telle structure en réseau peut exercer une pression sérieuse sur l’ensemble de l’environnement politique mondial, le système financier, l’économie, à travers ses représentants et entités internationales de rang inférieur. Ils peuvent aussi décider et mettre en œuvre des décisions pour effectuer un changement de régime et de l’évolution du développement de pays sélectionnés.
En se fondant sur la mobilisation des actifs réseaucentriques situés sous le contrôle de ces représentants, la « super-communauté » des mondialistes Euro-Atlantiques peuvent mettre en œuvre une résolution «douce» d’un large éventail de problèmes politiques nationaux et internationaux clairement définis et coordonnés. La direction et le contrôle global peuvent être effectués grâce à l’existence d’une telle organisation méta-réseaucentrique, distribuée et hiérarchisée, dont les échelons supérieurs sont représentés par des réseaux qui appartiennent à la « super-communauté » occidentale. L’individu étant dirigé peut même ne pas comprendre qu’il est dirigé, et même s’il le comprend, il ne sera pas en mesure de comprendre d’où les instructions émanent et qui en porte la responsabilité.
Le contenu principal de toutes les guerres réseaucentriques se compose d’« opérations basées sur les effets » (Effects-based operations ou EBO). Ceci est le concept le plus important dans toute la théorie de la guerre réseaucentrique développée aux États-Unis.[5a, 5b] Les EBO sont définis par les spécialistes américains comme une « combinaison d’actions visant à la formation d’un modèle spécifique de comportement entre amis, forces neutres, et ennemis en temps de paix, de crise et de guerre ».[6, 7] Le principal résultat des EBO est l’établissement d’un contrôle total et absolu sur toutes les parties prenantes au conflit (y compris lors des conflits armés), et leur manipulation complète en toutes circonstances. Y compris lorsque le conflit est en cours, quand il menace, et quand il y a la paix.[8]
L’essence de la « guerre réseaucentrique » est qu’elle ne dispose pas d’un début ou d’une fin, elle est conduite sur une base permanente, et son objectif est de veiller à ce que les parties prenantes menant la guerre ont la capacité d’effectuer un contrôle complet sur tous les acteurs internationaux. Intégrer le « réseau » prive les pays, les nations, les armées et les gouvernements de tous les vestiges de l’indépendance, de la souveraineté, et même une existence séparée, en les transformant en objets programmés étroitement contrôlés. Il permet la mise en œuvre d’un nouveau modèle de contrôle planétaire direct, d’une domination mondiale d’un nouveau type, où le contenu, la motivation, les actions et les intentions des acteurs internationaux sont tous soumis à une direction extérieure.
Il s’agit d’une conception d’une manipulation globale et d’un contrôle total à l’échelle mondiale. Cela ressort de la définition de l’EBO. Les tâches de l’EBO comprennent la formation d’une structure de comportement non seulement entre amis, mais aussi avec les parties prenantes neutres et ennemies, en d’autres termes, à la fois les ennemis et les parties neutres agissent en conformité avec un scénario qui leur sont imposées et sont conduits non pas par leur propre volonté, mais par la volonté des exécuteurs de l’EBO. Si les ennemis, les amis et les parties neutres font ce que les Américains veulent qu’ils fassent, ils deviennent des marionnettes avant même leur ultime défaite.[9] La bataille est gagnée avant même qu’elle ne commence.[10] Les EBO sont menées simultanément avec les opérations militaires, en période de crise et en temps de paix, ce qui reflète le caractère total des guerres réseaucentriques.
L’objectif stratégique d’une guerre réseaucentrique est le contrôle absolu sur tous les participants au processus politique à l’échelle mondiale. Son objectif tactique est d’établir le contrôle par l’agresseur géopolitique sur les actifs de l’État victime, avec un « transfert » se déroulant en grande partie d’une manière volontaire et consentant puisque l’attaque n’est pas perçue comme une agression, mais plutôt comme un élan vers un développement ultérieur.
Ceci rend la guerre réseaucentrique beaucoup plus complexe à mettre en œuvre qu’une guerre traditionnelle “chaude”, mais elle est aussi beaucoup plus efficace. Les résultats des « guerres chaudes » sont généralement contestés et se dissipent au fil du temps (comme l’ont montré la première guerre mondiale et, en particulier, la deuxième). Les effets des guerres réseaucentriques peuvent durer pendant des siècles, jusqu’à ce que les agresseurs et leurs besoins fondamentaux changent.
Le front principal de la guerre réseaucentrique est situé dans l’espace mental, avec l’objectif de l’ennemi étant de détruire les valeurs fondamentales traditionnelles d’une nation donnée et d’implanter les siennes. L’existence et la structure de ce type de guerre ne peuvent pas être perçues au niveau de la conscience des masses. Si l’élite politique d’une société qui est visée par une guerre réseaucentrique n’est pas suffisamment qualifiée pour identifier ce type d’agression et organiser une réponse appropriée, la société elle-même est vouée à une défaite géopolitique écrasante.
Les spécialistes notent une autre caractéristique propre aux guerres réseaucentriques, à savoir l’absence d’une structure rigide au sein de l’entité qui agresse. Nous aimerions souligner que cela est dû au degré élevé d’hétérogénéité entre les éléments institutionnels de cette entité. Les éléments individuels et les éléments étatiques et non-étatiques de l’agresseur relativement autonomes ne font pas partie d’une certaine hiérarchie verticale. Au lieu de cela ils sont reliés par des interactions horizontales irrégulières. L’absence de hiérarchie et de régularité de l’interaction font qu’il est difficile d’identifier clairement l’existence et les activités de l’agresseur.[11]
En raison de la nature particulière de la guerre réseaucentrique, sa structure technologique (ou la somme totale des technologies sociales utilisées pour attaquer la société ciblée) est très complexe. Les technologies pour la guerre réseaucentrique comprennent des combinaisons d’étapes multiples et des intrigues dont les instigateurs ne sont pas évidents, un large éventail de moyens d’influence, et l’utilisation d’individus qui sont ignorants de leur rôle. Plus important encore, selon les experts américains, la guerre réseaucentrique à l’ère informationnelle post-moderne et post-industrielle diffère des guerres ordinaires de l’ère industrielle moderne par leur désir de parvenir à une répartition des territoires et des ressources vers l’extérieur du pays sans effusion de sang. L’objectif est de maintenir l’image des « démocraties développées » qui mènent les guerres réseaucentriques dans une grande variété de contextes géopolitiques sous le slogan de la protection des droits de l’homme. Dans une ère d’« humanisation » totale [12], conduire des opérations de combat est considéré comme une option déficiente. La société mondiale dort mieux si vu de l’extérieur tout semble aller bien. Grâce aux technologies modernes et à l’expérience acquise, même un génocide peut être entrepris sans chambres à gaz ni fusillades de masse. Il suffit de créer des conditions pour réduire le taux de natalité et augmenter le taux de mortalité.[13] Le succès peut également être obtenu par le nivellement par le bas de la nation au moyen du changement de ses stéréotypes et de ses normes de comportement de sorte que même une escalade des événements jusqu’au niveau de la violence est perçue comme naturelle.
Aujourd’hui, l’une des manifestations caractéristiques de la guerre réseaucentrique dans un monde globalisé sont les « révolutions de couleur ». Une révolution de couleur est une opération réseaucentrique dont l’objectif est la suppression des régimes politiques existants dans un autre pays.[14] Elle est fondée sur les méthodes de « lutte non-violente » développées par Sharp dans les années 1970.[15] Le concept de la révolution de couleur implique l’établissement d’un contrôle complet sur un pays et son territoire sans l’utilisation de la force armée, si possible. Elle peut être obtenue en appliquant la puissance d’influence (« soft power »), que le politologue américain Joseph Nye Jr. définit comme la capacité d’un État (ou d’une coalition ou d’une alliance) à atteindre des résultats souhaités à l’international par la persuasion et non par la suppression, l’imposition, ou la diplomatie coercitive, qui sont caractéristiques de la puissance coercitive (« hard power »). La puissance d’influence atteint son effet en induisant les autres à adhérer à certaines normes internationales de comportement, ce qui conduit au résultat souhaité sans appliquer de diplomatie coercitive.

Conséquences des Révolutions de couleur.

Pour les États et les systèmes politiques, les révolutions de couleur présentent des aspects du colonialisme. Les intérêts de la société ciblée ne sont pas pris en considération, ils sont remplaçables, interchangeables. Les « révolutionnaires » sont les premiers à disparaître de la scène et, souvent, de la vie elle-même. Les gens qui commencent sincèrement à croire en les idéaux de la révolution de couleur sans se douter que ces idéaux ont été induits pour être le carburant pour de telles révolutions, sont aussi remplaçables. La société elle-même est déstabilisée, les fondements sociaux sont compromis, le respect pour le gouvernement disparaît, l’insatisfaction augmente, et l’économie est tout sauf dans un état normal. Ce sont les conditions idéales pour imposer des modèles sociaux occidentaux. Les États-Unis entrent dans le pays.
Les révolutions de couleur n’apportent aucun avantage aux forces politiques ou à la société du pays. Le seul bénéficiaire est les États-Unis, qui établit un contrôle indolore, non-violent, “soft” sur son nouveau territoire.[9]
La Géorgie moderne est un exemple. Elle a perdu sa souveraineté après que la « révolution des roses » a déclenché des transformations graves, déstabilisant la société, et conduisant à la perte d’environ 20% du territoire du pays. La Géorgie est la plus importante tête de pont des États-Unis dans le Caucase. Il en est ainsi pour plusieurs raisons:
  • La Géorgie est un élément de l’isthme du Caucase par lequel la Russie obtient un contact direct avec l’Iran avec lequel il veut établir une relation stratégique ;
  • La Géorgie est une base pour la constitution et la projection d’une force dans toute la région de la Caspienne, y compris la Fédération de Russie ;
  • La Géorgie est un pays de transit pour les ressources énergétiques de la Caspienne vers l’Europe.
Poursuivant la tâche principale de la géopolitique des États-Unis relative à la Russie et la mer Caspienne, les États-Unis ont fait disparaître en Géorgie les derniers restes de l’influence géopolitique de la Russie [NDT : en 2003] et l’ont soumise à son propre contrôle géopolitique direct. La Géorgie a adopté un vecteur de développement Atlantiste et a perdu les derniers lambeaux de sa souveraineté.

Il existe un certain nombre d’autres facteurs importants.

1. Les États-Unis cherchent à établir un contrôle direct militaire et stratégique sur l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Les dirigeants de l’Azerbaïdjan sont certains que les manifestations de l’opposition en mars 2011 et les tentatives prévues de s’opposer à l’ordre constitutionnel existant ont été organisées à partir de l’extérieur du pays. 
2. Afin d’assurer un partenariat avec l’UE, et en particulier avec l’Allemagne, les États-Unis ont créé un cordon sanitaire s’étendant des mers froides du nord à travers les pays baltes, l’Ukraine, la Moldavie, vers la Géorgie. La Biélorussie est à l’heure actuelle une brèche dans le cordon, avec la Pologne comblant cette brèche. Le cordon – composée de l’Ukraine, de la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie, la Moldavie et la Géorgie – qui coupe la Russie de l’Europe, a été créé par les États-Unis afin d’atteindre leurs objectifs géopolitiques de plus grande priorité au moyen du déclenchement séquentiel de révolutions de couleur dans ces pays, dans le cadre de la guerre réseaucentrique contre la Russie.
Au cours des 20 dernières années, les États-Unis et l’OTAN ont transformé l’Ukraine en un pays hostile à la Russie également au moyen de l’application de technologies réseaucentriques. Le coup d’état de 2014 et la guerre civile de 2014-2015 ont été initiés par les États-Unis, qui a également fourni un soutien informationnel, financier et militaire.[9] Les politiques intérieure et extérieure de l’Ukraine présentent un caractère strictement anti-Russe. 
3. L’Ouzbékistan et la Kirghizie resteront des plates-formes clés pour la présence géopolitique des États-Unis en Asie centrale. Les États-Unis ne renonceront jamais à leur intention d’établir un contrôle total sur la région. Ils déstabiliseront régulièrement la situation régionale pour prendre l’Ouzbékistan et la Kirghizie sous contrôle.
Habituellement, de tels échecs lors des tentatives de ce genre de coup d’état sur du velours que nous avons observé dans la ville ouzbek d’Andijan ou dans la quelque peu confuse cascade de révolutions en Kirghizie [16] sont suivis par des scénarios plus sévères. Le niveau de pression est augmenté progressivement. Le scénario «sur du velours» est remplacé par une ligne plus dure, y compris des affrontements avec la police, les premières victimes, des pogroms, puis, en règle générale, la situation est déstabilisée le long des lignes ethniques puisqu’il s’agit du type de conflit le plus dur à résoudre.[17] Ces actions sont accompagnées par une création en parallèle de plusieurs épicentres d’instabilité sociale, l’augmentation des problèmes économiques, les perturbations de la situation sociale, et une polarisation générale de la politique intérieure. Le but est de forcer les dirigeants de ces pays à reconnaitre qu’ils ont perdu le contrôle, qu’ils n’ont plus le pouvoir.
Le résultat est que le territoire du pays passe sous contrôle américain. La révolution de couleur, devrait-elle être un succès ou un demi-succès, est suivie par des approches plus directes qui peuvent finalement conduire à des opérations militaires comme en Irak et en Libye.
Etant un état possédant des armes nucléaires, la Russie est considérée par les États-Unis et l’OTAN comme l’un de ses principaux adversaires géopolitiques. L’objectif géopolitique clé actuel des États-Unis est un changement de régime en Russie consistant à remplacer Vladimir Poutine et son équipe au pouvoir. L’analyse suggère que pour le moment l’Ukraine, le Caucase et l’Asie centrale sont les endroits les plus favorables à utiliser pour les États-Unis afin d’augmenter la pression sur le leadership russe. Le maintien du potentiel de violence dans ces zones se poursuivra jusqu’à ce qu’ils trouvent une nouvelle source plus fraîche de conflit sur le territoire russe, avec un potentiel de succès pour le séparatisme, qui pourrait devenir une source constante de pression politique extérieurement induite sur le leadership russe.[18]
Vladimir Prav
La source originale de cet article est southfront.org :
“Color Revolutions” and “Net-Centric Warfare”: Geopolitical Struggles and the “Functioning of Networks”, 25 février 2016.
________________________
[1a] “Whereas the MTR [military technical revolution] applies new technology to existing ways of war, the RMA [revolution in military affairs] combines new technology with new tactics, doctrine, and/or organization, e.g. the blitzkrieg, or combines new or existing technologies in a new concept of warfare, e.g. the levée en masse and the Napoleonic revolution.” in Effects Based Operations – Applying Network centric Warfare in Peace, Crisis and War, Edward Allen Smith Jr., Washington, DC: DoD CCRP, novembre 2002, chapitre 2.
[1b] MaximeChaix.info, 17/03/2016
[2a] Conscience-Sociale.org, 15/03/2014
[2b] “But is it not the infostructure that is now the long pole in the tent; it is a lack of understanding about effects-based approaches and a lack of a coevolved organizational processes, trained individuals, and appropriate tools. This book will make effects-based approaches more understandable to many and thus will hasten the day when we will be better able to conduct effects-based operations, a capability much needed in our century.” in Future of C2 – COMPLEXITY, NETWORKING, & EFFECTS-BASED APPROACHES TO OPERATIONS, op.cit., Pp vii.
[3] Cet article mériterait d’être traduit dans toutes les langues. Il est déjà disponible en portugais.
[4] En 2006, M. Bishara définissait le SPIN comme une « structure floue et horizontale, à l’instar des groupes écologistes ou féministes, mais aussi des organisations clandestines comme les mafias, les cartels de la drogue et autres réseaux de trafics illégaux » (Le Monde Diplomatique, 10/2006). Soulignons au passage que l’opinion selon laquelle « Washington se révèle [en 2006] incapable de penser les nouveaux types de conflits » est complètement battue en brèche avec la guerre réseaucentrique.
[5a] Bibliographie à propos de la guerre réseaucentrique en se limitant aux publications du ministère de la Défense américain, du Canada et de l'OTAN (l'appellation officielle de l'OTAN pour les "capacités réseaucentriques" est Network-Enabled Capability – NEC), ce qui permet de comprendre à quand remontent ces recherches :
“What Is Information Warfare?” (Libicki, 1995)
“Operations Other Than War” (Alberts, Hayes, 1995)
“The Unintended Consequences of the Information Age” (Alberts, 1996)
“Defensive Information Warfare” (Alberts, 1996)
“Target Bosnia: Integrating Information Activities in Peace Operations” (Siegel, 1998). This book examines the place of PI and PSYOP in peace operations through the prism of NATO operations in Bosnia-Herzegovina.
“Information Warfare and International Law” (Greenberg, Goodman, Soo Hoo, 1998)

Vice Admiral Arthur Cebrowski, John Garstka, "Network-Centric Warfare: Its Origin and Future",   U.S. Naval Institute Proceedings, vol. 124, no 1, janvier 1998, p. 28-35  
“Network Centric Warfare – Developing and Leveraging Information Superiority” (Alberts, Garstka, Stein, 1999)
“Behind the Wizard’s Curtain” (Krygiel, 1999). There is still much to do and more to learn and understand about developing and fielding an effective and durable infostructure as a foundation for the 21st century. Without successfully fielding systems of systems, we will not be able to implement emerging concepts in adaptive and agile C2, nor reap the benefits of NCW.
“Confrontation Analysis: How to Win Operations Other Than War” (Howard, 1999). A peace operations campaign should be seen as a linked sequence of confrontations. The objective in each confrontation is to bring about certain “compliant” behavior on the part of other parties, until the campaign objective is reached.
“Information Campaigns for Peace Operations” (Avruch, Narel, Siegel, 2000). In its broadest sense, this report asks whether the notion of struggles for control over information identifiable in situations of conflict also has relevance for situations of third-party conflict management for peace operations.
“Network Centric Warfare: What’s the Point?”, Naval War College Review, Dr. Edward Allen Smith, Winter 2000-2001
“Understanding Information Age Warfare” (Alberts, Garstka, Hayes, Signori, 2001)
“Information Age Transformation of the DoD” (Alberts, 2002)
“Power to the Edge: Command…Control… in the Information Age” (Alberts, Hayes, 2003). This book articulates the principles being used to provide the ubiquitous network that people will trust and use, populate with information, and use to develop shared awareness, collaborate, and synchronize actions.
“Complexity Theory and Network Centric Warfare” (Moffat, 2003)

"Transformer la guerre de demain : Capacités Réseaucentriques et Systèmes sans pilote" (Pierre Claude Nolin,  2007)
[5b] Bibliographie à propos des opérations basées sur les effets (EBO) et les révolutions de couleur :
Signalons également la théorie de la Guerre Hybride notamment dans l'ouvrage de Andrew Korybko : HYBRID WARS: THE INDIRECT ADAPTIVE APPROACH TO REGIME CHANGE (2015), qui reconstruit un certain nombre d'éléments présents dans la théorie NCW / EBO mais sa propre bibliographie ne mentionne pas les ouvrages fondateurs du DoD sur ce sujet, à part l'édition de Cebrowski et Garstka, op.cit.
Sa bibliographie qui couvre de nombreuses sources comprend néanmoins des références intéressantes pour notre article comme : 
Pour une synthèse historique du thème de la guerre hybride depuis la renaissance, on consultera : Williamson Murray, Peter R. Mansoor, "Hybrid Warfare: Fighting Complex Opponents from the Ancient World to the Present", Cambridge University Press, 2012.

[6] “Effects-based operations are coordinated sets of actions directed at shaping the behavior of friends, neutrals, and foes in peace, crisis, and war.“ in Effects Based Operations – Applying Network centric Warfare in Peace, Crisis and War, Edward Allen Smith Jr., Washington, DC: DoD CCRP, Novembre 2002, Pp 108.
Né en 1946, le Dr. Smith est retraité de l’US Navy en 1998 puis a été embauché par Boeing en tant qu’analyste senior chargé des opérations réseaucentriques et des EBO.
[7] A rapprocher de la phrase de Carl von Clausewitz dans "De la guerre", 1832 : « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens ». Cet auteur est d’ailleurs mentionné dans Effects Based Operations – Applying Network centric Warfare in Peace, Crisis and War, op.cit., Pp 103 : “They are what good generals, admirals, and statesmen have always tried to do: to focus on shaping the adversary’s thinking and behavior rather than on simply defeating his forces. They are at the heart of the writings of Sun Tzu and of Clausewitz on military operations.”
[8] Il est intéressant de rapprocher cette conception du slogan « La Guerre, c’est la paix » mentionné dans le très célèbre roman « 1984 » de G. Orwell, paru en 1949. Dans cette œuvre il est l’un des mantras du Parti totalitaire au pouvoir ainsi mais c’est aussi le titre d’un chapitre du livre interdit par le Parti de l’Engsoc « Théorie et pratique du collectivisme oligarchique ».
[9] Conscience Sociale, 2014/03/17 ; Conscience Sociale, 2014/03/10.
[10] « Une armée est victorieuse si elle cherche à vaincre avant de combattre ; elle est vaincue si elle cherche à combattre avant de vaincre. » Sun Tzu, "L’art de la guerre".
[11] Conscience Sociale, 2014/03/15.
[12] Les guillemets de l’auteur indiquent le sens orwellien pour ce terme.
[13] PressTV, 22/03/2016.
[14] Parmi les premières révolutions non-violentes citons le renversement du dictateur Jorge Ubico au Guatemala en 1944 et la Révolution des Œillets au Portugal qui a entraîné la chute de la dictature salazariste en 1974.
À la différence des soulèvements populaires pacifiques précédents, d’autres révolutions, à l’instar des révolutions de couleurs sont davantage inscrites dans une logique géostratégique. L’implication des puissances occidentales, notamment des États-Unis, sont souvent mis de l’avant. On peut citer pour les plus anciennes : Solidarność en Pologne et la Révolution de velours en Tchécoslovaquie.
Les révolutions de couleur désignent une série de soulèvements populaires ayant causé des changements de gouvernement entre 2003 et 2006 en Eurasie et au Moyen-Orient : la Révolution des Roses en Géorgie en 2003, la Révolution orange en Ukraine en 2004, la Révolution des Tulipes au Kirghizistan en 2005 et la Révolution du Cèdre au Liban en 2005, ainsi que tous les mouvements du Printemps Arabe depuis 2010.
L’histoire de ces révolutions de couleur suivies par l’expansion orientale de l’OTAN et de l’Union Européenne est une excellente illustration des EBO.
[15] NDA : Cette production des États-Unis est l’une des technologies réseaucentriques.
[16] Révolution de 2005révolution d’avril 2010, violences de juin 2010.
[17] Global Research, 30/03/2016 ; Voltaire Net, 21/05/2011.
[18] Sputnik, 31/03/2016. Notons également le passage suivant dans Effects Based Operations – Applying Network centric Warfare in Peace, Crisis and War, op.cit, Pp 419 :“The creation of a stable deterrence/reassurance regime may involve prolonged successions of these action-reaction cycles over a period of years and even decades.

______________________
Mises à jour
4/04/2016 19:50 : complément de bibliographie [5b] sur la guerre hybride


A propos de l’auteur :
Le Dr Bruno Paul est le fondateur et directeur des études de Conscience-Sociale.org, qui est un producteur culturel autonome pratiquant la transdisciplinarité et développé depuis 2008.
Il s’agit d’abord de contribuer à éclairer le sens à toutes les échelles de décision, du citoyen jusqu’aux parties prenantes dans les relations internationales. Voici notre manifeste.