2015/09/25

La Croix des Pénitents: investigations photographiques


Nous avions présenté à notre conférence du 17/08 quelques photos de la Croix réalisées par M. Jacob.
Quelques jours plus tard le club photographie des Mées représenté à cette occasion par MM. Jacob et Dhal a réalisé une nouvelle séance de prises de vue le 25/08 à 17h30 avec un appareil plus performant.
Voilà les images plus détaillées qui en résultent. Les connaisseurs apprécieront la netteté de ces images sachant la difficulté de ces prises de vues (distance, luminosité, contraste, inclinaison).

Je n'affiche ici que des captures d'écran des parties les plus intéressantes. Les fichiers originaux jpg complets font 11, 18 et 25 Mo.
Les paramètres techniques de la prise de vue étaient les suivants : 
- lieu : rue du Moulin, légèrement à gauche du rocher qui porte la Croix ; ciel : nuages épars, pas de lumière du soleil directe
- appareil : trépied avec un Sony SLT-A77V (v1.07); 6000*4000 pixels; largeur CCD: 16.5; priorité  ouverture; pose: 1/45 s; ouverture: 5.49; F: f/6.7; 400 ISO; vitesse: 5.49; luminosité: 5.59; correction d'exposition: 0.5; mode d'exposition: automatique
- objectif : 150-600 mm F5-6.3 SSM; longueur focale: 600 mm; longueur focale d'un film 35 mm: 900 mm

Voici ci-dessous le zoom (1) sur la voûte rocheuse qui nous intéresse. Nous avons augmenté la luminosité de l'image originale dans le logiciel Picasa.

zoom 1

On note toujours la pierre d'apparence rectangulaire, plus claire. Cependant un zoom détaillé (2) de son insertion dans la roche ne permet pas d'affirmer qu'il s'agit d'un galet équarri posé par l'homme.

zoom 2;  ce fragment est à un facteur de zoom de 100% sur l'image d'origine

On note aussi sur le zoom 1 les zones les plus sombres (tâches noires) qui surplombent la "vire" couverte de fientes de corbeau. Elle correspondent à des parties plus creuses. C'est dans cet espace (zoom 3) que les corbeaux ont la place de s'engager sur leurs pattes pour être complètement masqués. Jusqu'à quelle profondeur s'étend cet espace? Mystère...

zoom 3

Nous avons ensuite traité l'image reçue par le filtre "simulation de points chauds" du logiciel Picasa, pour vérifier si certains détails supplémentaires apparaissaient. Voici le résultat de la voûte en fausses couleurs, qui n'abrite pas un soleil ;) :


La couleur claire de la pierre rectangulaire la fait ressortir, ainsi que certaines autres de formes plus arrondies. On note des continuités de couleur qui nous font penser à des volutes de diffusion d'un fluide dans un autre fluide de caractéristiques différentes. 
Une hypothèse serait que la couleur beaucoup plus sombre de la voûte pourrait être causée par un développement bactérien et de micro-lichens au cours des âges, à partir des bordures de la cavité. Cette croissance serait plus forte dans les zones les moins éclairées par la lumière indirecte du jour, et qui sont ici signalées par la couleur verte. 

Il est maintenant peu probable qu'une prise de vue rapprochée par un drone puisse nous éclairer davantage, sachant qu'il ne pourra pas s'approcher ni surplomber la cavité en haut de la voûte.

Par contre l'utilisation d'un télémètre laser asservi pour mesurer les altitudes de plusieurs points critiques serait très utile pour obtenir un profil 3D de la voûte, et estimer la hauteur de l'entrée de la cavité... en attendant de pouvoir aller y jeter un œil.

Le 26/07 Michel Jacob avait réussi le premier cliché avec un corbeau nichant devant la cavité au dessus des fientes:

Nikon D200, pose 1/60, longueur de focale 105 mm (éq. 157 mm) et doubleur de focale; ce fragment issu du cliché initial est rehaussé par un effet HDR.

Quelques minutes plus tard, l'instant critique était capturé : la disparition entière du corbeau dans la fameuse cavité.

Trouvez les 2 différences entre ces clichés pris à 10 secondes d'intervalle.

Dernier concours lancé par M. Jacob ce même jour : prendre le cliché qui présente la plus grande longueur d'éclairage direct du soleil sur la Croix.

L'image ci-dessous prise par M. Jacob le 25/08/2015 -outre qu'elle illustre bien l'absence complète de renfort à la base des montants de la Croix qui reste depuis plus de 11 siècles dans un équilibre stupéfiant- montre que le soleil couchant n'éclaire qu'une minuscule partie des montants. Rappelons que l'anfractuosité est orientée plein nord, avec les montants en retrait, et avec des sommets élevés en direction des levers et couchers du soleil. Ce faible rayonnement direct a sans doute été un facteur de la préservation du bois sur une durée aussi longue. 
Rendez-vous au prochain solstice d'été, à l'aube ou au coucher du soleil, pour un prochain record.  


---------------------
[Mise à jour le 25/06/2016]

Le challenge a été relevé !
M. Paul Pierre a pris les clichés ci-dessous le 22 juin 2016 à l'aide d'une simple tablette Samsung Galaxy Tab4.
Heure de lever de soleil civil : 5h53mn (sans prendre en compte le relief local);
Heure de la prise de vue : 6h17mn, au premier rayon de soleil apparu au dessus du village de Malijai, dans l'axe de la vallée de la Bléone. Le soleil est derrière à droite de la prise de vue.



Le zoom effectué sur l'image capturée permet d'affirmer que le soleil levant ne vient jamais éclairer directement les montants de la Croix, pour aucun jour de l'année.

Et le même soir, le soleil s'étant couché sur un horizon sans nuages:
Heure de coucher de soleil civile : 21h23mn (sans prendre en compte le relief local);
Heure de la prise de vue : 20h53mn, à la dernière minute de soleil avant sa disparition complète derrière la montagne de Lure, à droite de la prise de vue. Pour le solstice ce coucher de soleil, vu du pied de la Croix des Pénitents, a lieu exactement au sommet de la Montagne (station de ski et relais hertzien, à 1826 m d'altitude). En apparence -vu sa proximité- la Montagne de Lure est d'ici le point le plus élevé sur le tour de l'horizon observable.



Le zoom effectué sur l'image capturée permet d'affirmer que le soleil couchant parvient au mieux de sa course annuelle à éclairer directement les montants de la Croix situés à gauche de l'intersection des bois. Cette illumination directe sur les bois dure au maximum 1h40 par jour seulement, quand le soleil ne se couche pas dans les nuages et que l'on est proche du solstice d'été (voir ci-après). J'estime que la période annuelle où cette illumination directe est possible (sur une longueur variable de bois) doit être de 4 mois, entre fin avril et fin août environ.

Il est troublant de s'apercevoir que l'emplacement de l'intersection, qui est décalée sur la gauche car la croix n'est pas symétrique, marque justement le point maximum éclairé sur les bois par le solstice d'été!
Pour l'instant, voyons-y une simple coïncidence...

---------------------
[Mise à jour le 4/07/2016]

Le grand jeu des lumières!

Nous avons vérifié le 4/07/2016 que la durée d'illumination directe de la Croix était de 1h40: début de l'illumination directe à 19h16, fin à 20h55 avec un coucher sans nuages. 

Mais nous avons surtout été surpris par un autre fait : alors que le coucher de soleil 13 jours après s'était déjà bien décalé sur l'horizon par rapport au 22/06, le point maximum éclairé sur les bois le 4/07 est encore l'intersection de la Croix! 

Emplacement des couchers de soleil sur l'horizon de Lure, vu du pied de la Croix

Au dernier rayon de soleil du 4/07

L'explication doit vraisemblablement résider dans la courbure très particulière de la paroi à droite de la niche. On remarque grâce à la lumière rasante qu'elle est très différente de la paroi à gauche -comme taillée sur mesure? Cette paroi arrondie intercepte les rayons du soleil couchant et projette un cône d'ombre avec un angle minimum constant pendant plusieurs soirs d'affilée autour du solstice d'été, sachant que ce cône d'ombre est justement sécant à la Croix au niveau de l'intersection...  Un joli problème de géométrie à modéliser!

2015/09/03

Enregistrement, émission et compte-rendu de notre conférence sur le mystère de la Croix des Pénitents


Voici le support de la conférence du 17/08/2015 au format PDF (recommandation: utilisez Firefox pour une meilleure compatibilité) :


19/08/2016 : après une première mise en ligne réalisée en septembre 2015, l'enregistrement vidéo intégral de la conférence de 2015 (lien) en streaming est désormais disponible sur YouTube ; durée: 1h45 (cette vidéo fonctionne avec tous les navigateurs modernes si vous activez le javascript, mais vous pouvez rencontrer des difficultés avec IE version 8 ou antérieure). Un grand merci à Michel Jacob pour le matériel de prise de vue et l'encodage!

En complément indispensable, voir plus bas la mise à jour du 28 octobre 2016. 


Les suites de la conférence de 2015:

Tout d'abord un premier petit reportage diffusé lors des JT de France3 le 17 août à 19h et 18 août à midi.

Voici le compte-rendu par le journal Haute-Provence Info du 21 août de notre conférence :



Le journal "La Provence" a également publié un long article le 26 août en page 4, dans les pages régionales, qui a le mérite de rappeler que la datation se rapproche de certains aspects de la légende
On se rapportera au PDF et à l'enregistrement pour corriger certains détails: par exemple au lieu de 910 il faut comprendre 885; pour les "deux datations" il ne s'agit que de la plage d'incertitude donnée par le laboratoire par rapport à la courbe de calibration.





Voici un reportage beaucoup plus long lors d'une émission sur France3, diffusée en direct sur la TV et sur le web:
Jean-Pierre Petit a représenté notre association pour présenter les résultats et enjeux de cette recherche historique lors de l'émission PACA Matin sur France 3 le 8 septembre à 10h15.


Vous pouviez visionner cette émission en différé pendant 6 jours sur ce lien, à partir du repère 2:10.
Depuis le 25/09 elle est accessible sur YouTube.

L'émission commence par une rapide rediffusion du reportage réalisé à la Toussaint 1968 avec la fin de l'escalade réussie sous le regard de la caméra par Patrick Cordier (archives INA), qui a ramené l'échantillon dont nous avons analysé un fragment. D'après Sylvain Jouty, que j'ai eu le plaisir de rencontrer lors de la journée du 17 août, aucun des alpinistes de cette cordée (ni aucune personne de mon entourage) ne connaissait ces images. On reconnait Claude Deck avec ses cheveux blonds (29 ans à l'époque), et on voit brièvement Sylvain Jouty (19 ans). Ce dernier a notamment dirigé la rédaction collective du Dictionnaire encyclopédique des Alpes paru en 2006.

Signalons aussi une prochaine chronique de Claude Deck sur ce sujet, qui a été contacté par l'intermédiaire de Sylvain Jouty à son initiative, laquelle devrait être publiée dans La Montagne et Alpinisme, revue trimestrielle de la fédération des Clubs alpins français. 

[Mise à jour le 10 septembre 2015: j'ai reçu ce jour un chèque de la Mairie des Mées et de l'Association des Amis des Mées, qui contribuent conformément à leurs engagements quant au financement de l'analyse.]

Si vous voulez contribuer financièrement à cette aventure archéologique, voir ici.

[Mise à jour le 27 décembre 2015: Après autorisation de son propriétaire, j'ai exploré ce jour avec mon frère un ancien tunnel privé aux Mées qui conforte la possibilité de creuser de longues distances dans le poudingue avec peu de moyens.
Il s'agit d'un tunnel de captage de sources pour alimenter la fontaine d'une ferme. Il présente une longueur de 102 m d'après nos mesures, dont les premiers 78 m sont pratiquement rectilignes. Il est pratiquement horizontal, en légère pente positive pour que l'eau s'écoule. Sauf les premiers mètres qui sont creusés dans la terre, il est entièrement creusé manuellement dans le poudingue. La hauteur sous plafond atteint jusqu'à 2 m, pour environ 70 cm de large. Il n'y a aucun soutènement, aucun étais ni trace d'emplacement pour en poser. Le plafond est arrondi en une légère voûte régulière. Le plafond est en très bon état sans trace d'écroulement.
Il a été creusé en plusieurs époques, remontant au moins au XVIIème siècle, pour capter progressivement de nouveaux filons d'eau. Aujourd'hui ces points de captage sont pratiquement taris. Il s'agit d'un ouvrage qui n'a nécessité que le travail d'une famille et pas de tout le village, au sein duquel son existence n'est connue que d'une poignée de personnes. Il est resté strictement privé depuis sa création.]

Cette enquête historique et archéologique continue par le volet des investigations photographiques.

[Mise à jour le 28 octobre 2016]
J'ai animé un an plus tard une deuxième conférence, cette fois privée, sur ce sujet au Monastère de Ganagobie.
Voici le support utilisé, intégrant nos dernières investigations :





[Mise à jour le 15/09/2019]

Pourquoi une Croix en forme de X ?
L'étude exceptionnelle de Thierry Murcia sur Marie Madeleine contient des éléments forts intéressants à ce propos, p.55 et suivantes :
"- Le chiasme portait plusieurs noms en grec : khi, khiasma, khiaston, c’est-à-dire : X (lettre Khi), « croix », « disposé en croix ». Et on le représente d’ailleurs par une figure en croix puisque c’est le sens précis du mot « chiasme » en grec. [...]
- Quoi d’autre ?
- Pour reconnaître une dette, dans l’Antiquité, il suffisait de tracer une simple lettre sur un document officiel. Le plus souvent, on annulait cette dette en la barrant d’une croix, c’est-à-dire au moyen de la lettre
Χ. Paul, dans ses épîtres, fait allusion à cette pratique. Chez Jean, la disposition en croix des personnages formant un Khi (Χ) vient donc se superposer à la Croix – en Τ ou en † – la confirmer et la barrer d’une autre croix semblable au signe qui notifie que plus rien n’est dû.- Une confirmation de la Rédemption, en quelque sorte ?
- Absolument. Notez bien qu’en l’occurrence – et ce ne peut être, encore une fois, le simple fait du hasard – la dette est payée au moyen du Khi –
Χ – qui est également ici l’initiale de celui qui l’acquitte et qui vaut donc doublement signature : Christ (Χριστός).- Vous pensez vraiment que tout ça a été savamment réfléchi ?
- J’en suis intimement convaincu. Chez Jean, les dernières paroles de Jésus en Croix ont un double sens en hébreu et en araméen (et, dans une moindre mesure, en grec) que la traduction « tout est achevé » ou « c’est achevé » ne rend pas.
Shalam (shalem, en hébreu) veut effectivement dire être
« achevé », « complété ». Mais s’il est question d’une dette cela signifie qu’elle est « complètement payée ». La formule traduite par « c’est achevé » ne signifie donc pas seulement que les prophéties sont accomplies mais également que la dette est totalement acquittée. [...]
- Et tout ça n’est rien ! En fait, les rapports établis, d’une part, entre le X et le salut, et, d’autre part, entre le X et la Croix, trouvent leur origine dans l’Ancien Testament : plus précisément dans le livre d’Ézéchiel et dans son exégèse. Le livre de l’Apocalypse en garde clairement la trace. Vous n’ignorez sans doute pas que le nombre 666, dont il est également question dans cet écrit, correspond au signe de la bête…
- Évidemment non.
- Mais saviez-vous que le sceau salvifique de Dieu, dont il est aussi fait mention, n’est rien d’autre qu’un X ?
- Vous voulez dire un Khi ?
- Oui et non. D’un côté, la lettre grecque Khi (X), initiale de Christ. Mais, d’un autre côté, la lettre hébraïque Taw, devenue T – Tau – chez les Grecs, et qui signifie « signe » en hébreu. Dans l’ancienne écriture hébraïque (paléo-hébreu/phénicien), cette lettre avait elle aussi la forme d’un X.
- Vous parlez de la dernière lettre de l’alphabet hébraïque ?
- C’est bien ça. Le Taw renvoie à la fois au salut et à la Croix mais également à Dieu lui-même.
- Pourquoi ça ?
- Car si, en grec, Dieu est l’Alpha et l’Oméga, en hébreu, la langue de la Bible, il est l’Aleph et le Taw, c’est-à-dire « le principe et la fin ».
- Et y a-t-il également un rapport avec le signe de croix ?
- Il y en a un. Ce signe en X, symbole de salut, et qui remonte au livre d’Ézéchiel, était d’utilisation courante dans l’Église des premiers siècles, y compris chez les Juifs convertis. Lors du baptême, on procédait à une triple immersion, à une onction d’huile, et ce signe était tracé sur le front du nouveau baptisé. Les chrétiens ont longtemps porté une croix de ce type peinte en rouge ou tatouée au milieu du front. Elle était à la fois pour eux signe de Salut et de reconnaissance.
- Il ne s’agissait pas plutôt, en ce cas, d’une croix latine ou d’une croix en T ?
- Vous savez, c’est du pareil au même puisque la lettre T, le Tau des Grecs, avait primitivement la forme d’un X... En définitive, qu’il s’agisse d’un Khi ou d’un Taw, c’est bien toujours le même « chiasme » qui sauve. "
Dans cette logique de signe de reconnaissance chrétien, on pourrait assimiler la Croix des Mées à un gigantesque oratoire. La présence de reliques serait alors moins probable, mais pas écartée pour autant.
 

 


2015/07/29

Le mystère de la Croix des Pénitents

Vous trouverez facilement le village de Les Mées dans les Alpes de Haute-Provence, situé au sud de Sisteron. C'est un village pittoresque mais qui recèle surtout, pour qui sait bien chercher, de curieux mystères.
Si vous passez dans la région ce mois d'août, c'est une occasion unique d'approcher l'Histoire de la Provence d'une manière tout à fait particulière. Voici pourquoi.

Le village de Les Mées lové autour de ses rochers. Dans le rond bleu une mystérieuse anfractuosité, que nous allons découvrir. Au loin, la Durance.

C'est d'abord une curiosité géologique. Le village se trouve dans la vallée de la Durance. Le massif des rochers des Mées est dans la continuité du plateau de Valensole. Il s'est formé il y a 3 millions d'années à partir de ce que les géologues appellent du "poudingue" (déformation francophone du mot anglais "pudding"). Il a été érodé par les pluies, le gel et le vent. Curieusement, dominant le village est restée cette étrange falaise dont les "capucins" atteignent 117 mètres de haut et qui se dressent, en surplomb, au dessus de la vallée.

MAJ 19/02/2017: Il se trouve que la formation géologique des ces Rochers a fait l'objet d'un sujet au bac 2016! Vous pouvez le découvrir  dans les pages 3 à 6 du lien suivant:
http://www.sujetdebac.fr/annales-pdf/2016/s-svt-obligatoire-2016-asie-sujet-officiel.pdf

A gauche, vous voyez l'amorce d'une combe verdoyante, qui se comporte en fait comme un bassin de collecte des pluies. Avant la révolution française de 1789 ce bassin était exempt de végétation. Quand de fortes pluies déboulaient, le village était noyé. A cette époque les Méens ont demandé d'arranger cela. Des ingénieurs ont alors fait creuser une galerie de près de 250 mètres de long, dont vous découvrirez aisément la sortie presque à l'aplomb de la grotte, au niveau du sol. C'est une balade amusante, à faire avec une simple lampe de poche et des baskets, en famille. Ce tunnel débouche dans la combe, où les ingénieurs avaient disposé des digues pour briser la violence des flots et rediriger toute cette eau vers cette "conduite forcée". Elle se prolongeait par un aqueduc, dont il reste aujourd'hui quelques vestiges, et qui renvoyait l'eau vers la Durance. Mais c'est le reboisement qui a davantage sauvé le village de l'eau que tous ces ouvrages. 

Ce qui est fort étrange dans cette falaise, et peu connu, c'est ceci :

L'anfractuosité se situant à près de 60 mètres de hauteur, au milieu de la falaise. Totalement inaccessible.

Rapprochons-nous un peu.




Gros plan sur la Croix des Pénitents : un mystère complet depuis des siècles!

Mais que fiche cette croix là-haut, qui l'a posée, quand et comment ? De mémoire de Méens, nul ne le sait... sauf les légendes.

Le problème n'est pas simple car, même avec les moyens techniques d'aujourd'hui le poudingue est impossible à escalader. Cette croix, on trouve sa trace dans des chroniques du XVIIe siècle, et son origine était déjà décrite comme étant un mystère complet. Le Dr Jean-Pierre Petit, à qui j'emprunte ce texte, a été le premier à l'approcher, il y a 47 ans, en descendant en rappel. Impossible alors de la toucher : la falaise est en surplomb, et c'est d'ailleurs cette situation qui a pu protéger ces bois de la pluie. Quelques mois plus tard un alpiniste, Patrice Cordier, a pu la toucher pour la première fois après 2 tentatives infructueuses et 2 jours d'efforts avec son équipe, en descendant en rappel le long d'un canyon latéral, puis en effectuant une traversée horizontale en plantant force pitons créés spécialement pour l'occasion dans ce matériau problématique. Ce faisant, il a réussi à ramener un fragment de la croix, coupé en deux une fois au sol... hélas l'analyse du carbone 14 d'un des fragments par le laboratoire du CEA à Saclay quelques temps plus tard a été un échec. 

46 ans plus tard, au bout d'une longue chaîne humaine j'ai récupéré l'autre petit morceau, et j'ai trouvé comment l'analyser avec toute la rigueur scientifique qui s'impose pour une datation archéologique.

J'ai fait effectuer la toute première datation au carbone 14 de la Croix des Pénitents. Je présenterai la démarche, son résultat et le contexte historique de la Croix lors d'une conférence le 17 août 2015 à 17h au cinéma des Mées (en face de la mairie).
Entrée libre.

En fait, ça sera une conférence à deux car le Dr. Jean-Pierre Petit a aussi des choses extrêmement intéressantes à raconter sur cette affaire, à laquelle il s'intéresse de très près depuis 1968...

Si vous regardez en détail la photo précédente, vous verrez qu'il y a une formation bizarre, au sommet de cette anfractuosité. Voici une vue au télé-objectif prise dimanche dernier par Michel Jacob, photographe à Sisteron :

.

On distingue en bas et à droite des traînées blanchâtres qui sont des fientes de corneilles, lesquelles nichent là-haut et disparaissent... on ne sait où. Ce sera l'objet de la deuxième partie de la conférence.

Indiana Jones près de chez vous...

*
* *

MISE À JOUR le 03/09/2015:
Le compte-rendu, l'intégralité des informations présentées et l'enregistrement vidéo de cette conférence sont désormais disponibles sur ce lien.




2015/05/09

Devoir de mémoire



À la question de l'IFOP: "Quelle est, selon vous, la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945 ?", 54% des sondés de 2015 répondent : "Les Etats-Unis". Or, en mai 1945, ils étaient 57% à répondre l’URSS, les Américains n'étant alors cités que par 20% des Français. 
Dans les faits, sur 10 soldats allemands tués entre 1939 et 1945, 8 le furent sur le front de l'Est.

C'est dans les années 90 que l'opinion en France s'est complètement inversée. Les premières commémorations du Débarquement appuyées par l'Etat ont eu lieu seulement en 1984, organisées par Mitterrand : elles marquent le début d'une rupture dans l’opinion.

Le 9 Mai les habitants des pays de l'ex-URSS rendent un hommage de masse au Régiment Immortel.    

Pour comprendre le sens profond de l'amour de la Patrie et pourquoi de tels sacrifices ont pu être consentis, il faut comprendre l'âme russe.
The meaning of our whole life and existence is love. It is love to the family, to the children, to the motherland. This phenomenon is complicated, it lies at heart of any of our behaviors. (V.V. Putin, 1952 - ; conférence de presse 18/12/2014)
Un tel amour est une communion d'esprits liés par la défense de leur sol. Si les communistes laïcs ont appelé ce mouvement la Grande Guerre Patriotique, cela reste dans son essence une manifestation de l'esprit chrétien. C'est cet esprit qui devait être détruit, qui ne l'a pas été, et qui s'annonce désormais plus grand que jamais.
La guerre idéologique se poursuit. Quand on nous priva de futur, et qu’on éteignit notre passé, et que nous pensions qu’on nous avait brisé, nous conservions notre esprit vainqueur, et chaque année, le 9 mai, nous nous souvenions et demeurions convaincus de ce que nous étions un peuple-vainqueur. Après l’échec des sanctions, nos « partenaires » finirent par comprendre qu’ils ne nous vaincraient pas par la seule voie économique. C’est pourquoi ils s’attaquent avec force à notre ancrage spirituel. (N.V. Starikov, interview 16/04/2015; traduction: Comité Valmy)
À titre de comparaison historique, les bilans des plus grandes catastrophes répertoriées de l'histoire humaine jusqu'en 1945 sont glaciaux mais éloquents :
  • 99% des Mayas du Peten (estimés entre 3 et 14 millions) ont disparu après l’an 800, suite à une profonde crise écologique et aux catastrophes en conséquence;
  • la peste noire en 1347 a tué entre 30% et 50 % de la population européenne en cinq ans, faisant environ 25 millions de victimes ; 
  • la famine irlandaise de la pomme de terre entre 1845 et 1851 fit un million de morts, et plusieurs millions de réfugiés et émigrants. En tout, la population irlandaise baissa de près de 25% en dix ans ; 
  • le génocide des philippins par les Etats-Unis entre 1895 et 1900 a coûté la vie à environ 1,4 million de personnes, soit 15% de la population de l'époque ;
  • le génocide perpétré d'avril 1915 à juillet 1916 a coûté la vie à environ 1,2 million de chrétiens Arméniens, soit 66% de leur population de l'époque en Anatolie et Arménie Occidentale ;
  • les grands troubles sociaux en URSS lors des années 1930 firent environ 15 millions de morts, soit entre 8 et 9% de la population de l’époque en URSS ; notons cependant à propos des famines une origine occidentale (via un blocus de l'or, inédit dans l'histoire commerciale humaine).
  • les pertes civiles et militaires de la Chine entre 1937 et 1945 lors de la seconde guerre sino-japonaise se sont élevées à 20 millions de morts environ, soit 5% de la population de l’époque en Chine ;
  • les pertes civiles et militaires de l'Allemagne entre 1939 et 1945 se sont élevées à 8 millions de morts environ, soit 10% de la population de l’époque en Allemagne ;
  • les pertes civiles et militaires de la Pologne entre 1939 et 1945 lors de la guerre contre l'Allemagne Nazie se sont élevées à 5,7 millions de morts, soit 16,5% de la population de l’époque en Pologne ;
  • les pertes civiles et militaires de l'URSS entre 1941 et 1945 lors de la guerre contre l'Allemagne Nazie se sont élevées à 27 millions de morts environ, soit 16% de la population de l’époque en URSS ;
Je me souviens.

2015/05/03

La chapelle Palatine de Palerme : une inspiration pour notre temps

 Un désir hantait mon esprit en ce jour d'arrivée. Je voulus voir la chapelle Palatine, qu'on m'avait dit être la merveille des merveilles.
La chapelle Palatine, la plus belle qui soit au monde, le plus surprenant bijou religieux rêvé par la pensée humaine et exécuté par des mains d'artiste, [...]
Quand on pénètre dans la chapelle, on demeure d'abord saisi comme en face d'une chose surprenante dont on subit la puissance avant de l'avoir comprise. La beauté colorée et calme, pénétrante et irrésistible de cette petite église qui est le plus absolu chef-d’œuvre imaginable, vous laisse immobile devant ces murs couverts d'immenses mosaïques à fond d'or, luisant d'une clarté douce et éclairant le monument entier d'une lumière sombre, entraînant aussitôt la pensée en des paysages bibliques et divins où l'on voit, debout dans un ciel de feu, tous ceux qui furent mêlés à la vie de l'Homme-Dieu. On éprouve, en entrant dans nos cathédrales gothiques, une sensation sévère, presque triste. Leur grandeur est imposante, leur majesté frappe, mais ne séduit pas. Ici, on est conquis, ému par ce quelque chose de presque sensuel que la couleur ajoute à la beauté des formes.

Ce qui fait si violente l'impression produite par ces monuments siciliens, c'est que l'art de la décoration y est plus saisissant au premier coup d’œil que l'art de l'architecture. L'harmonie des lignes et des proportions n'est qu'un cadre à l'harmonie des nuances.
Les hommes qui conçurent et exécutèrent ces églises lumineuses et sombres pourtant, avaient certes une idée tout autre du sentiment religieux que les architectes des cathédrales allemandes ou françaises ; et leur génie spécial s'inquiéta surtout de faire entrer le jour dans ces nefs si merveilleusement décorées, de façon qu'on ne le sentit pas, qu'on ne le vit point, qu'il s'y glissât, qu'il effleurât seulement les murs, qu'il y produisit des effets mystérieux et charmants, et que la lumière semblât venir des murailles elles-mêmes, des grands ciel d'or peuplés d'apôtres.

(H.-R.-A.-G. de Maupassant, 1850 - 1893; voyage en Sicile, 1885)